Donjons et Dragons

Vous reprendrez bien un peu de cervelle de troll ?

Cultivons-nous un peu…

 

C’est en rédigeant cet article sur Donjons et Dragons (D&D) que j’ai eu vent des « Chick tracts », apparus en 1984 sous la plume de Jack Chick.

Pour faire court, la sortie de D&D au milieu des années 70 aux USA a déclenché une hostilité dans les milieux Chrétiens traditionalistes américains (je précise) sous, le houlette de Patricia Pulling qui fonde en 1983 l’association Bothered About Dungeons and Dragons (BADD, litt. « préoccupé par Donjons et Dragons »), visant à remettre sur le droit chemin cette jeunesse corrompue par ce jeu satanique.

L’année suivante, Jack Chick, dessinateur de son état, produit les « Chick Tracts Dark Dungeon« ,  une collection de courtes bandes dessinées militantes visant à convertir le jeune public au fondamentalisme chrétien.

Etonnant non ?

 

Guerrier jeux de rôles
Dés jeux de rôles

Description du jeu

Vous avez une table (grande de préférence), des chaises, du papier, des crayons, une gomme et des dés (ou Dédé si il est dispo) ? Parfait ! Nous pouvons commencer une partie de donjons et Dragons.

Comme tous les jeux de rôles, un joueur est désigné comme Maître de Jeu (MJ ou DM pour Dungeon Master). Son rôle sera d’emmener les joueurs dans un univers médieval fantastique et un scénario qu’il aura lui-même créé.

D&D se déroule essentiellement dans un monde d’Heroic Fantasy largement inspiré dans un premier temps des oeuves de J.R.R. Tolkien (Bilbo le Hobbit, Le Seigneur des Anneaux, le Silmarillon etc…). Chaque joueur incarne un personnage selon des races et des classes bien définies aux caractéristiques propres, s’inspirant de l’époque médiévale.

Le but du jeu est de remplir l’objectif du scénario initié par le MJ. Comme la plupart les jeux de rôles, D&D se distingue par l’absence de plateau de jeu. Le déroulement de l’histoire se fait par le MJ qui met en situation les aventuriers dans l’univers qu’il leur décrit. Chaque joueur est libre de faire l’action qu’il désire et de se mettre dans le rôle du personnage qu’il ou elle incarne.

Les interactions avec des éléments du jeu se règlent le plus souvent à l’aide de jets de dés qui vont conditionner la suite à donner à l’évènement. Bien souvent, la caractéristique du personnage peut influer sur le résultat du jet. Par exemple, un guerrier de force 16 devra faire 4-5-6 sur un dé à 6 faces (soit 1 chance sur 2) pour soulever une herse alors qu’un majicien doit faire 1 (une chance sur 6).

Dans les premières éditions du jeu, la feuille de personnage était très simplifiée. Il faudra attendre les éditions suivantes et notamment Advanced D&D pour que les caractéristiques du personnage s’étoffent, offrant ainsi plus de réalisme au jeu. Certaines action de combat nécessitent une visualisation des personnages et des ennemis plus précise dans certains cas. Le MJ peut alors utiliser des figurines  et un plan pour permettre une meilleure vision de l’action.

Créé par Gary Gygax et Dave Arneson en 1973. Edité par Tactical Studies Rules (plus connue sous le sigle TSR).

Règles en vidéo

Ne soyez pas timide, contactez-nous !